Stephanus art gallery

Collages and photos

049.jpg 050Thumbnails048050Thumbnails048050Thumbnails048050Thumbnails048050Thumbnails048050Thumbnails048050Thumbnails048

C3-PO

Author
Bernard Stephanus
Albums
Visits
1709

1 comment

  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:28
    The central character of this collage is naturally the little girl whom somebody puts a bandage on. She is riveted on what is done to her. She has a gesture that could be interpreted as open or abandonment, but to look more closely after seeing a thumb up his right arm one can guess : she is held, her arms are extended by someone . All this in a mess worthy of Star Wars where a character half-robot , half human is examined thoroughly , probably for repair .

    This picture takes me back to both my childhood and my current status. In terms of childhood, I remember a vaccination against smallpox where the syringe seemed huge, especially as the injection was made in the chest, I presume. My brother, older than me, went first to the pan and it seemed horrible to my eyes. I was very scared and probably (I do not remember it ) had to be held so the could push the needle into my chest. As for my current state , well thanks to some repairs , my body (re) works pretty well , but I feel it happening funny things there. It may be objected that this is from my very origin so, but the consciousness of my own body fragility manifested itself quite late and was a big shock. That's the personal side. Furthermore we could discuss other possible interpretations as garbage and its influence on human health etc. But to be honest, I have thought about absolutely nothing when I did it, maybe about C3 -PO ...

    Le personnage central de ce collage est naturellement la petite fille à qui on met un pansement. Elle est rivée sur ce qu’on lui fait. Elle a un geste qu’on pourrait interpréter comme ouvert ou d’abandon, mais à y voir de plus près on devine le bout d’un pouce en haut de son bras droit : elle est tenue, ses bras sont écartés par quelqu’un. Tout cela dans un capharnaüm digne de Star Wars : un personnage mi- robot, mi humain est examiné de fond en comble, sans doute en vue d’une réparation.



    Cette image me renvoie à la fois à mon enfance et à mon état actuel. Pour ce qui est de l’enfance, je me rappelle une vaccination contre la variole où la seringue m’a semblé gigantesque, d’autant plus que l’injection s’est faite dans la poitrine, il me semble. C’est mon frère, plus âgé que moi, qui est passé le premier à la casserole et cela m’a semblé horrible. J’ai eu très peur par anticipation et sans doute (je ne me rappelle pas cela) a-t-on dû me tenir pour qu’on puisse enfoncer l’aiguille dans ma poitrine. Quant à mon état actuel, eh bien grâce à quelques réparations, mon corps (re)fonctionne plutôt bien, mais j’ai l’impression qu’il se passe de drôles de choses là-dedans. On objectera que c’est ainsi depuis ma conception, mais la conscience de ma propre fragilité corporelle ne s’est manifestée que tardivement chez moi et a été d’autant plus un grand choc. Voilà pour le côté perso. Par ailleurs, on pourrait évoquer d’autres pistes d’interprétation comme les ordures et leur influence sur la santé humaine etc. Mais, pour être honnête, je n’ai pensé à strictement rien quand je l’ai fait, au grand maximum à C3-PO…