Stephanus art gallery

Collages and photos

Home / User comments

Filter
Display

  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:20
    Reading the book of Sabine Bode : The lost generation on the childhood trauma suffered by Germans born in the 30-40ies during the war , I started thinking about my own memories. I found that they were relatively scarce, some bits at best. Historical facts inform me more, even though I found no trace of the activity of my father in Eldagsen village near Hannover . Still, only 10 days after my birth, part of the city of Hannover has undergone a major bombardment, followed by others . But it is in the village of Eldagsen that I lived most of the war. Apart from a few attacks of British fighter planes flying very low , a night bombing and a rush in a cellar , I do not remember having seen horrors . After the war, Hannover was devastated and full of unusual scenes; I remember TB sick people spitting blood in the streets, war invalids, ruins, queues in front of stores, the course in daily tram stuck among adults (1947) with the fear of never being able to come out ... But compared to what other German children suffered at the same time, I am lucky without apparent sequels in my adult life. This collage is intended as an illustration of abandonment endured by so many children. It is a cry that one begins to hear in Germany only now, as people of my generation are starting to talk about after many years of voluntary or imposed silence. The female character is a synthetic portrait of my Dutch, Protestant religious torturer (1946-1947) in the sanatorium for supposedly TB children. So in my case, I did not develop panic attacks for no apparent reason, I could lead a "normal" life. But no doubt that this violent experience from my childhood is the reactor which feeds my images.





    En lisant le livre de Sabine Bode : Die vergessene Generation sur les traumatismes subis par les Allemands nés dans les années 30-40, je me suis mis à réfléchir à mes propres souvenirs. J’ai constaté qu’ils étaient relativement maigres, quelques bribes au mieux. Les faits historiques me renseignent davantage, même si je n’ai trouvé aucune trace de l’activité de mon père au village d’Eldagsen, près de Hanovre. Toujours est-il que 10 jours après ma naissance, une partie de la ville a subi un gros bombardement, suivi par quelques autres. Mais c’est au village d’Eldagsen que j’ai vécu le gros de la guerre. A part quelques attaques d’avions de chasse anglais qui volaient extrêmement bas, un bombardement nocturne et une ruée dans une cave, je ne me souviens pas d’avoir vu des horreurs. Après la guerre, la ville deHanovre était dévasté et pleine de scènes insolites ; je me souviens de tuberculeux crachant du sang dans la rue, des invalides de guerre, des ruines, des queues devant les magasins, du parcours en tram quotidien coincé parmi les adultes(1947) avec la crainte de ne jamais pouvoir en ressortir… Mais par rapport à ce que d’autres enfants allemands ont subi à la même époque, je m’en suis bien tiré, sans séquelles apparentes dans ma vie d’adulte. C’est ainsi que ce collage se veut une illustration de l’abandon qu’ont subi tant d’enfants alors. C’est un cri qu’on commence à entendre seulement maintenant en Allemagne, car les gens de ma génération commencent à en parler après des années de silence volontaire ou imposé. Le personnage féminin est un portrait synthétique de ma tortionnaire hollandaise, religieuse protestante (1946-47) dans le sanatorium pour enfants soi-disant tuberculeux. Je n’ai donc pas développé des crises de panique sans raison apparente, j’ai pu mener un vie « normale ». Mais sans doute que cette expérience violente de mon enfance est le réacteur qui alimente mes images.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:18
    This collage started from the desire to overthrow the landscape. The idea came to me quickly, and then the rest followed quite easily with some minor adjustments (the characters to the left or right side, the landscape at the top left or not?). But I knew immediately that this collage was successful.

    It is only after having done it that I measured what I had done. Here, no memory or fantasy, but a reflection on the vanity of human actions. I think of all the discussions and reports on the climate where man is referred to as quasi single actor, while I find man very small - even in the multitude - against the forces of nature and in relation to the universe. But I also see that the characters turn away from a fertile landscape and pick on a rock, even if the light gap might suggest a way out.

    Question: Am I becoming a symbolist , an illustrator or a nostalgic (Gustave Doré painted pictures that I feel close to my collage, I still remember seeing very large paintings with very interesting light effects ) ? Answer: Whatever. The image is successful or not. That's all. And I'm glad I could do it. Because by making one or several collages daily, I rely on inspiration, I cannot plan, I improvise depending on what I find . The result is random. And I love it.

    Ce collage est parti du désir de renverser le paysage. L’idée m’est venue rapidement, puis le reste a suivi tout seul à force de quelques ajustements (les personnages à gauche ou à droite, le bout de paysage en haut à gauche oui ou non ?). Mais j’ai su tout de suite que ce collage était réussi.

    Ce n’est qu’après l’avoir fait que j’ai mesuré ce que j’avais fait. Ici, point de souvenir ni de fantasme, mais une réflexion sur la vanité des actions humaines. Je pense à toutes les discussions et rapports sur le climat où l’homme est désigné comme quasi seul acteur, alors que je le trouve bien petit – même dans la multitude – face aux forces de la nature et par rapport à l’univers. Mais j’y vois aussi que les personnages se détournent d’un paysage fertile et s’acharnent sur un rocher, même si la trouée lumineuse pourrait suggérer une issue.



    Question : Suis-je devenu symboliste, illustrateur, nostalgique (Gustave Doré a peint des tableaux que je sens proches de mon collage, je me rappelle encore d’avoir vu des tableaux très grands avec des effets de lumière très intéressants) ? Réponse : Peu importe. L’image est réussie ou pas. Voilà tout. Et je suis content d’avoir pu la faire. Car en faisant un à plusieurs collages par jour, je dépends de l’inspiration, je ne peux rien planifier, j’improvise selon ce que je trouve. Le résultat est aléatoire. Et j’aime ça.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:16
    By placing the face of the woman in the flames, I immediately thought of a person, that destroyed herself by alcoholism until death. I wore this drama since then, tending to relegate it in a dark corner of my memory. But apparently, this experience continues to live its life, but muted. In any case, this is the first time I believe that this issue is crystallized in a collage with this clarity. And yet, and as always, I had thought about nothing in particular, especially not that old painful story . But the trigger was the analogy with a painting of Eric Winarto a few years ago displaying a burning house and he told me that the painting was about a drama, if I remember well. This shows that the time of memory is slow; it ruminates in its own way important memories and they don’t rise to the surface of conscience. My daily collage work offers arguably the pits from where images may arise and speak poetically . And that without my dreams being affected! Certainly, collage is a true and unique projection screen!



    En plaçant le visage de la femme dans les flammes, j’ai tout de suite pensé à une personne qui s’est détruite par son alcoolisme jusque la mort. J’ai porté ce drame depuis ce temps, ayant tendance à le reléguer de plus en plus dans un coin obscur de ma mémoire. Mais apparemment, ce vécu continue à vivre sa vie, en sourdine. En tout cas, c’est une des premières fois, je crois, que ce thème se cristallise dans un collage avec cette netteté. Et pourtant, et comme à chaque fois, je n’avais pensé à rien de particulier, surtout pas à cette vieille histoire douloureuse. Mais le déclencheur a été l’analogie avec un tableau d’Eric Winarto d’il y a quelques années figurant une maison en flammes et dont il m’avait dit que cela concernait un drame, je crois du moins. Cela montre que le temps de la mémoire est lent, qu’elle rumine à sa façon les souvenirs importants sans que cela remonte à la surface. Mon travail quotidien sur le collage offre sans doute des puits par où des images peuvent surgir et s’exprimer de manière poétique. Et cela sans que mes rêves en soient affectés ! Décidément, le collage est un vrai et unique écran de projection !
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:15
    THE LAKE

    It's very interesting what happened to me through this picture: I first wanted to create a unique effect by turning the image and creating a vertigo effect. This should have been a reflection in the water. But I thought it necessary to add a small climber because, originally, there was already one that was upside down. I wanted to refer to Chinese painters. But the picture became unstable and spatially ambiguous, without being it frankly. I think I will come back to this in order to experiment a bit on it. My modification has turned the image into more logical landscape in appearance: vertigo is more hold back, the inconsistency between the top and the bottom reflection is more hidden and overflow of water makes the picture threatening.

    Conclusion:

    The character was too small because it was anecdotal and made the image too narrative.

    The relationship between the top and bottom was not sufficiently worked.

    The new image is more consistent, but the vertigo is lost.

    I'll have to come back to it because the subject is very interesting, especially here in Switzerland where there is a long tradition of alpine painting that I know well since I translated an illustrated book in German on this subject.

    What is my vertigo to me? I'm subject to vertigo effect and this is twice now that I fell off a ladder (the last time quite violently scratching my back on more than 20 cm). But it is mostly an existential vertigo I cannot cure.

    LE LAC

    C’est très intéressant ce qui m’est arrivé à travers cette image : j’ai tout d’abord voulu créer un effet inédit en tournant l’image et en créant un effet de vertige. Cela aurait dû être un reflet dans l’eau. Mais j’ai cru nécessaire d’y ajouter un petit alpiniste parce que, originellement, il y en avait déjà un qui se trouvait la tête en bas. J’ai voulu faire allusion aux peintres chinois. Mais l’image est devenue instable et ambigüe spatialement, sans l’être vraiment franchement. Je pense que je vais y revenir d’ailleurs pour expérimenter un peu là-dessus. Mon intervention a transformé l’image en paysage plus logique en apparence : le vertige est plus contenu, l’incohérence entre le haut et son reflet en bas est davantage masqué et le débordement de l’eau rend l’image menaçante.

    Conclusion :

    Le petit personnage était en trop, car il était anecdotique et rendait l’image trop narrative.

    La relation entre le haut et le bas n’était pas suffisamment travaillée.

    La nouvelle image est plus cohérente, mais le vertige est perdu.

    Il faudra que j’y revienne car le sujet est très intéressant, surtout ici en Suisse où il y a une longue tradition de peinture alpestre que je connais bien puisque j’ai traduit un ouvrage illustré en allemand sur ce sujet.



    Quel est mon vertige à moi ? Je suis en effet sujet au vertige et cela fait deux fois maintenant que je suis tombé d’une échelle (la dernière fois assez violemment en m’écorchant le dos sur plus de 20 cm). Mais il s’agit surtout d’un vertige existentiel dont je n’arrive pas à me guérir.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:12
    DIO (R)
    I always thought that there was the word dio = god in the acronym DIOR. I've played with it in the collage that adorns the book of Robert H. Frank (where we erased the letters IOR for copyright reasons). Here is a new, more explicit version, since there is the figure of a pope in this collage.

    J'ai toujours pensé qu'il y avait le mot dio = dieu dans le sigle DIOR. J'ai déjà joué avec cela dans le collage qui orne le livre de Robert H. Frank mais dont les lettres IOR ont été gommées pour des raisons de droits ). Voici donc une nouvelle version encore plus explicite, puisqu'il y a la figure d'un pape dans ce collage.

    Cela m'est venu spontanément, car la personne assise manquait de sens affirmé, ma femme m'a donné de vieilles carte postales, certaines avec Jean-Paul II, j'ai puisé dans ce vivier tout en pensant aux papes de Bacon. Cela explique aussi l'image du petit singe qui renvoie à l'enfant paralytique d'un tableau de Bacon. Ici, le pape est une figure orientale qui rigole. Je pense à ces islamistes qui invoquent la religion pour commettre leurs crimes abominables et à Poutine qui se permet de mentir comme un arracheur de dents en utilisant de fausses valeurs pour se faire adorer. Même le pape actuel me semble plus médiatique que sincère. Il est à regretter qu'aucun au-delà ne menace ces pseudo-papes médiatiques. Les accessoires comme le sac ne sont là que pour illustrer le goût de la possession. La femme qui marche sur ces hauts talons ne fait que passer – comme tout cela j'espère.



    Avec de tels collages, je me surprends à devenir moralisateur, ce qui n'est pas mon but. Je veux plutôt donner à penser et à se réjouir du tour de main artistique que j'essaie d'imprimer à toutes mes images. Mais mon grand exemple a toujours été le Goya des Disparates. La visite du nouvel étage du Städel de Frankfurt a par ailleurs sûrement renforcé cette tendance au vu des tableaux très critiques des artistes allemands d'après-guerre dont je me sens- malgré mon émigration à 19 ans, assez proche.

    That came to me spontaneously, because the sitting person lacked strong sense, my wife had given me old post cards, some with John Paul II on them, I tapped into this pool while thinking of Bacon's popes. This also explains the image of the monkey, which refers to a painting of a paralytic child by Bacon. Here the pope is an oriental figure who laughs. I think of those Islamists who invoke religion to commit their heinous crimes and what allows Putin to lie through his teeth as using false values to be worshiped. Even the current pope seems more «internet » than sincere. It is regrettable that no beyond threatens the media pseudo-popes with punishment. Accessories like bags are just there to illustrate the joy of possession. The woman walking on her high heels comes and goes - as I hope all this will.

    With these collages, I find myself becoming preachy, which is not my goal. Rather, I want to make think and to rejoice in the art I try to imprint on all my images. But my great example has always been Goya's Disparate. Visiting the new floor at the Städel museum in Frankfurt has also certainly reinforced this trend given the highly critical paintings of German postwar artists that I sense - despite my emigration at the age of 19 - close enough.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:11
    I emailed this collage to a very gifted student of mine and she sent me this commentary I publish here with her permission. Enjoy!



    …I want to comment on your latest collage ... I find it both filled with humor and ... questions , as many of them.

    I am impressed by the immaculate connection between the image of the legs and "busts". Beyond the cutting and reassembling these two images exude a very similar energy, which I’d describe as glamorous - rock , with underlying aggressiveness . It's a good thing for me to watch this, because it shows me that it is possible to make juxtapositions without "blending" .

    The figure on the left appears to me as a child and as a result, its "legs" with black panties have a truly disturbing sexual dimension. This takes me directly to the over-sexualization of girls in our consumer society, including those pre-pubescent models that are used in advertising, making them take poses that are at least inappropriate, given their emotional and sexual maturity. This stresses that these legs, especially on the left, seem to belong to a pre- pubescent teenager.

    Maybe is it the artificially open mouth of the same character next to the lion which strikes me as a bit of humor ? Is this intentional? The lion looks more threatening, it looks like he’s eating something, yet this work extricates (in my sense ) something that approximates derision, as a sort of parody of the advertisements that exploit sexuality and rock-rebel in order to sell something . I feel halfway between parody and something more tragic, as the over- sexualization of prepubescent girls. I do not know. This is rather halfway between derision and threat as the look of the female character does not seem reassured. Many questions arise,

    the spectator has to make up his opinion. It's strong.

    (Eurydice Labaki-Bacca)



    …J'aimerais commenter ton dernier collage... que je trouve à la fois rempli d'humour et... de questionnements, comme bon nombre d'entre eux.

    Je suis impressionnée par le raccord impeccable entre l'image des jambes et des "bustes". Au-delà du découpage et du recollage, ces deux images dégagent une énergie très semblable, que je qualifierais de glamour - rock, avec une agressivité sous-jacente. C'est une bonne chose pour moi de contempler ceci, car cela me démontre qu'il est possible de faire des juxtapositions sans "blending".

    Le personnage de gauche m'apparaît comme une enfant et du coup, ses "jambes" avec slip noir ont une dimension sexuée vraiment dérangeante. Cela me renvoie directement vers la sur-sexualisation des petites filles dans notre société de consommation, notamment de ces mannequins pré-pubères que l'on utilise dans la publicité, en leur faisant prendre des poses pour le moins inappropriées, au vu leur maturité émotionnelle et sexuelle. Ceci fait ressortir que ces jambes, surtout à gauche, semblent appartenir à une adolescente pré-pubère.

    Peut-être est-ce la bouche artificiellement ouverte de ce même personnage à côté du lion qui me fait l'effet d'une pointe d'humour? Est-ce voulu ? Le lion a plutôt l'air menaçant, on dirait qu'il mange quelque chose, pourtant cette œuvre dégage (à mon sentiment) quelque chose qui se rapproche de la dérision, comme une sorte de parodie de la publicité qui exploite sexualité et rock-rebelle pour vendre quelque chose. J'ai l'impression d'être à mi chemin entre la parodie et quelque chose de plus tragique, comme la sur-sexualisation des filles prépubères. Je ne sais pas. Ce ou plutôt à mi-chemin entre la dérision et la menace, car le regard du personnage féminin n'a pas l'air rassuré. Beaucoup de questions sont posées, c'est au spectateur de se faire son opinion. C'est fort.



    (Eurydice Labaki-Bacca)
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:09
    After this collage and during a short insomnia, I thought about my best friend from my teenage years. He didn’t have the same background as me, he looked physically very different from me: blonde, tall and clear eyes… and he lived only in the present.

    We saw each other every day, he had plenty of funny or poetic ideas, you never got bored with him - in short, I adored him. In addition, he strongly encouraged my self-taught beginnings in painting. All this to say how close we were, but we really didn’t say our thoughts on behalf of our feelings. For proof, a painful episode for me which has created a rift within me: I was in love with a girl in my neighborhood that I presented to my friend. At a party, I saw them kissing each other before me. I burst into tears and I got drunk, I was inconsolable. And he sent me this girl in order to she comfort me (a little). I felt humiliated and devalued and my relationship with this friend suffered from this in the long run. Because, and this was my thinking last night, it was he who should have it spoken out with me or comfort me. I was crying his betrayal, not the choice of this girl.

    Maybe what he needed was not really me, but what I could offer him in knowledge, by introducing him in my social environment. I did not put it this way at that time, but I felt strongly that betrayal because, from my side , I would never have done this to my best friend.



    Après avoir fait ce collage et au cours d’une courte insomnie, j’ai repensé à mon meilleur ami de mon adolescence. Il n’était pas du même milieu que moi, il était physiquement très différent de moi : blond, grand, yeux clairs et il vivait seulement dans le présent.

    On se voyait tous les jours, il avait des idées amusantes, poétiques, on ne s’ennuyait jamais avec lui - bref, je l’adorais. En plus, il encourageait vivement mes débuts d’autodidacte en peinture. Tout cela pour dire combien nous étions proches, mais sans vraiment nous dire nos pensées au niveau du sentiment. J’en veux pour preuve un épisode douloureux pour moi qui a fait naître une fêlure en moi : J’étais amoureux d’une jeune fille de mon voisinage que j’ai présentée à mon ami. Lors d’une fête, j’ai vu que lui et elle s’embrassaient devant moi. J’ai fondu en larmes et j’ai pris une cuite, j’étais inconsolable. Et lui, il a envoyé vers moi cette fille pour qu’elle me console (un peu). Je me suis senti humilié et dévalorisé et ma relation avec cet ami s’en est ressenti à la longue. Car, et cela a été ma réflexion de cette nuit, c’est lui qui aurait dû s’expliquer avec moi, voire me consoler. Ce que je pleurais, c’était sa trahison, pas le choix de cette fille.



    Peut-être que ce qu’il recherchait ce n’était pas vraiment moi, mais ce que je pouvais lui apporter en connaissances, en l’introduisant dans mon milieu. Je ne l’ai pas formulé ainsi à cette époque, mais j’ai fortement ressenti cette trahison, car, de mon côté, je n’aurais jamais agi ainsi vers mon meilleur ami.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:08
    Usually I'm so busy working on my collage that I do not think to take a picture of an intermediate state. But this time, yes, and we can see some improvements I could make to this image. The starting point was the picture of the Pope with a clown nose. At first view it is very nice but in a second time, the contrast between the papal attire and red nose made me think. Because I think a public figure should not lend itself to any bullshit before the cameras – why not the reverse bucket of ice! So I tried to make a contradictory picture, with elements of the religious rhetoric in paintings of the past and more pop, contemporary elements. One of my young artists I currently coach told me about it that my images are made reflections of a mad world. I think it's a nice formula. Many collages that are published on the internet rehashing old dadaist or surreal formulas, but it seems to me that we must create something new, consistent with our world. This is the motivation that pushed me to the collage in the 60s and I want to remain faithful to it. Seeing a story about Picasso on TV, I said to myself that his artistic approach was far more noble than the clowning of the media stars- be they artists or pope. There is a real questioning with Picasso on the representation that inspires me more than the reality shows of the day.

    Habituellement je suis tellement pris par le travail sur le collage que je ne pense pas à prendre une photo intermédiaire. Mais cette-fois-ci oui et on peut voir les quelques améliorations que j’ai pu apporter à cette image. Le point de départ a été la photo du pape avec un nez de clown. A priori c’est fort sympathique mais dans un second temps, le contraste entre la tenue papale et ce nez rouge m’a donner à penser.Car j’estime qu’un personnage public ne devrait pas se prêter à n’importe quelle connerie devant les caméras – il ne manque plus que le renversement du seau de glace ! J’ai donc essayé de faire une image contradictoire, comportant des éléments de la rhétorique religieuse des peintures du passé et des éléments plus pop, contemporains. Une de mes artistes que je coache en ce moment m’a dit à ce propos que mes images sont le reflet fou d’un monde fou. Je trouve que c’est une jolie formule. Beaucoup de collage publiés sur internet ressassent les vieilles formules dadaïstes ou surréalistes, mais il me semble qu’il faut créer du nouveau, en phase avec notre monde. C’est la motivation qui m’a poussé vers le collage dans les années 60 et je veux y rester fidèle. En voyant un reportage sur Picasso à la TV, je me suis dit que sa démarche artistique avait bien plus de noblesse que les pitreries des stars des médias – qu'ils soient artistes ou pape. Il y a chez Picasso une vraie interrogation sur la représentation qui m'inspirer davantage que les reality shows du jour.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:06
    Indecision


    This image came like that, without having previously thought about or being concerned about an existential question. But it asks me several questions and brings me back decades before .

    At the time, I wondered if I should have a "normal" life, having children in a stable relationship or move to other horizons. I finally took the second option, but the question remained present. Probably did I escape in my pictures, as they are providing me daily adventures. Looking more closely at this picture, I think of my first wife, and then erased and there like a ghost since she died of her incurable alcoholism. We had a child together whose entry into adult life was a drama. And I had to raise her a few years alone. And her son prefers not to see me when we live in the same city !

    From this story I still have scars, but I 'm upright , also thanks to my current wife that beautifies my life for over a quarter century now.

    This image is like a mirror for me. I cannot decode everything as it eludes my understanding , but it is familiar to me as an old family photo.

    Indécision



    Cette image est venue comme ça, sans que j’y aie réfléchi auparavant ou que je sois préoccupé par une interrogation existentielle. Elle me pose pourtant plusieurs questions et me ramène des décennies en arrière.

    A l’époque, je me demandais si je devais mener une vie « normale », avoir des enfants dans une relation stable ou bien partir vers d’autres horizons. J’ai finalement opté pour la 2e solution, mais l’interrogation demeurait présente. Sans doute me suis-je évadé dans mes images, celles-ci me procurant des aventures quotidiennes. En regardant de plus près cette image, je pense à ma première femme, effacée et là comme un fantôme car morte de son alcoolisme incurable. Nous avons eu un enfant ensemble dont l’entrée dans la vie d’adulte a été bien dramatique. Et que j’ai dû élever pendant quelques années tout seul. Et son fils à elle a préféré ne plus me voir alors que nous vivons dans la même ville!

    De toute cette histoire je garde encore des cicatrices, mais je suis debout, aussi grâce à mon actuelle femme qui embellit ma vie depuis plus d’un quart de siècle.



    Cette image est comme un miroir pour moi. Je ne peux pas tout y décoder car elle se dérobe à ma compréhension, mais elle m’est familière comme une vieille photo de famille.
  • admin - Tuesday 24 April 2018 19:04
    Portrait of the artist as a Koons-like sculpture
    This collage is very simple , there is little change made to the original picture , just a humanization of a sculpture à la Koons. What pleases me is first of all the attitude that is frozen in a falling movement or contortion, as expressed by the grimace of the face, the allusion to Chinese art and the museum. Collage, as I practice it, remains outside museums: too small, too fragile, too cheap. So I am like this sculpture twisting myself struggling to find my place in today's art, a hybrid being who focalizes in him many influences. And who makes efforts to renew himself, even if my face is deformed by this tension eventually looks like a clown. But entertainer I will not be , it's a role that does not fit my background that is extremely serious and ambitious. It remains for me to assume my current status and tweak my images happily.

    Ce collage est très simple, il n’y a guère de changements, juste une humanisation d’une sculpture à la Koons. Ce qui me plaît, c’est tout d’abord l’attitude qui est gelée dans un mouvement de chute ou de contorsion, exprimée aussi par la grimace du visage, l’allusion à l’art chinois et au musée. Le collage tel que je le pratique reste en dehors des musées : trop petit, trop fragile, trop bon marché. Je suis donc comme cette sculpture à me tordre et à me démener pour trouver ma place dans l’art d’aujourd’hui, un être hybride qui concentre en lui un grand nombre d’influences. Et qui fait des efforts pour se renouveler quitte à ce que mon visage déformé par cette tension finisse par ressembler à celui d’un clown. Mais amuseur je ne veux point être, c’est un rôle qui ne correspond pas à mon fond qui est extrêmement sérieux et ambitieux. Il ne me reste donc qu’à assumer mon statut et à tordre mes images joyeusement.