Stephanus art gallery

Collages and photos

Home / User comments

Filter
Display

  • admin - Sunday 19 November 2017 19:37
    Ce qui a influencé sans doute ce collage est le fait d’avoir étudié un tableau de Beckmann (Begin the beguine) et d’avoir lu une étude de cette œuvre. Ce qui m’a frappé, c’est le fait de mélanger volontairement des choses de manière incohérente. L’image devient énigmatique, difficile à déchiffrer. Ici, on peut, malgré tout, tenter une explication. La figure qui regarde vers la gauche peut signifier qu’elle évoque le passé, alors que le futur, à droite, semble plus confus. On peut penser au verset biblique de la poutre dans l’œil, à la vanité de vouloir prévoir l’avenir, mais tout cela n’épuise pas les associations de sens qui peuvent surgir.
    What has undoubtedly influenced this collage is the fact of having studied a painting by Beckmann (Begin the Beguine) and having read a study of this work. What struck me was the fact of deliberately mixing things inconsistently. The image becomes enigmatic, difficult to decipher. Here, we can, despite everything, try an explanation. The figure looking to the left may mean that it evokes the past, while the future, on the right, seems more confused. One can think of the biblical verse of the beam in the eye, the vanity of wanting to foresee the future, but all this does not exhaust the associations of meaning that can arise.
  • admin - Saturday 18 November 2017 20:04
    C’est une image-catastrophe de la situation actuelle : la nature se fait menaçante et pourtant j’ai l’impression qu’on fait toujours du même, qu’on reproduit ce qui a été. Mais cette image n’est pas une affiche de propagande, je cherche plutôt à créer un moment où le temps semble suspendu – à vous d’imaginer la suite.
    It is a disaster picture of the current situation: nature is threatening and yet I have the impression that we always do the same, reproduce what has been. But this image is not a propaganda poster, I am rather trying to create a moment when time seems suspended - it's up to you to imagine what's next.
  • admin - Friday 17 November 2017 18:14
    Manger, engloutir, bouffer. Se lécher les babines. Le plaisir du sucre : un vrai bonheur. Bref, un collage bonbon.
    Eat, engulf, stuff down. Lick your chops. The pleasure of sugar: a real happiness. In short, a sweet collage.
  • admin - Thursday 16 November 2017 19:14
    Manger, boire, se reposer, grossir. On devient un monstre, comme dans Swift. Ou une déesse de l’abondance au genre douteux. Mais de ce corps flasque émerge une belle tête aux yeux fermés. Quel est son rêve ? Devant elle, des récipients divers, sur les côtés et dans le fond, on se repose. Le temps est suspendu, comme pendant ma sieste de l’après-midi. Rien ne s’y passe, mais j’ai l’impression que mon esprit se vide pour accueillir de nouvelles images.
    Eat, drink, rest, grow. One becomes a monster, as in Swift. Or an abundance goddess of dubious gender. But from this flaccid body emerges a beautiful head with closed eyes. What is her dream? In front of her, various containers, on the sides and in the bottom, one rests. Time is suspended, as during my afternoon nap. Nothing happens, but I feel that my mind is empty to accommodate new images.
  • admin - Wednesday 15 November 2017 19:46
    C’est un huis clos nocturne expressionniste avec un cri de douleur ou de désespoir. La douleur réduit la personne à sa sensation. Elle la dégrade, elle la réduit. Le chien noir incarne le mal, la créature infernale qui inflige cette souffrance. Quant au style, je me suis souvenu des gravures japonaises que je prenais comme point de départ en 2005. Ce collage n’a pas la prétention de vouloir rivaliser avec le tableau portant le même titre de Beckmann, ni avec les femmes en pleurs de Picasso.
    It is an expressionist closed-door night scene with a cry of pain or despair. The pain reduces the person to her sensation. It degrades her, it reduces her. The black dog embodies evil, the infernal creature that inflicts this suffering. As for the style, I remembered the Japanese engravings that I took as a starting point in 2005. This collage does not pretend to compete with Beckmann's painting The night, or with Picasso's weeping women.
  • admin - Tuesday 14 November 2017 20:38
    J’ai traité ce thème en photo aussi. J’aime bien l’idée de l’ascension, surtout à l’âge auquel je suis arrivé. Dans la photo, il y a un chemin droit, transparent qui mène au ciel, tandis que dans mon collage on voit une ascension périlleuse et quelqu’un qui semble déjà arrivé en haut. En tout cas, la base semble peu sûre là-haut. Je suis tenté de voir en cette image l’illustration d’une fin de vie et je me demande si c’est une position enviable de se trouver là-haut. Ni en bas d’ailleurs.

    I treated this theme in photo too. I like the idea of climbing, especially at the age I arrived. In the photo, there is a straight, transparent path that leads to the sky, while in my collage we see a perilous climb and someone who seems already arrived at the top. In any case, the base seems insecure up there. I am tempted to see this picture as an end of life and wonder if it is an enviable position to be up there. Neither down here.

    link to the collage: http://stephanus.com/picture.php?/2489/category/8
  • admin - Tuesday 14 November 2017 20:37
    J’ai traité ce thème en photo aussi. J’aime bien l’idée de l’ascension, surtout à l’âge auquel je suis arrivé. Dans la photo, il y a un chemin droit, transparent qui mène au ciel, tandis que dans mon collage on voit une ascension périlleuse et quelqu’un qui semble déjà arrivé en haut. En tout cas, la base semble peu sûre là-haut. Je suis tenté de voir en cette image l’illustration d’une fin de vie et je me demande si c’est une position enviable de se trouver là-haut. Ni en bas d’ailleurs.

    I treated this theme in photo too. I like the idea of climbing, especially at the age I arrived. In the photo, there is a straight, transparent path that leads to the sky, while in my collage we see a perilous climb and someone who seems already arrived at the top. In any case, the base seems insecure up there. I am tempted to see this picture as an end of life and wonder if it is an enviable position to be up there. Neither down here.

    link to the photo: http://stephanus.com/picture.php?/2490/category/7
  • admin - Monday 13 November 2017 21:40
    J’ai choisi ce titre (japonais) parce qu’il me semble bien convenir à cette image : il s’agit de séparations, d’un ring éclaté avec un personnage patibulaire dont la droite cachée derrière son dos se fait bien menaçante. A gauche un animal bouc émissaire qui semble ignorer ce qui peut lui arriver. A moins que ce soit le spectateur qui soit menacé, car le personnage semble se retourner brusquement. Je vois cette scène comme un film. Que va-t-il se passer dans la seconde qui suit ? Et puis, après tout, cette scène est peut-être paisible, il n’y a que moi à y voir une menace parce que j’ai écouté une émission qui parlait de la haine. Le bouc est là comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, il n’a rien à chercher ici, en plus il est bicolore – mauvaise graine !
    I chose this (japanese) title because it seems to me to be well suited to this image: it is about separations, of a bursted ring with a sinister character whose right hidden behind his back is well menacing. On the left, an animal, a scapegoat, who seems to ignore what can happen to him. Unless the spectator is threatened, because the character seems to turn suddenly. I see this scene as a movie. What will happen in the second that follows? And then, after all, this scene may be peaceful, only me to see here a threat because I listened to a radio talk that spoke of hatred. The goat is there like an elephant in a porcelain shop, she has nothing to look for here, besides she is bicolor - bad seed!
  • admin - Sunday 12 November 2017 18:05
    Cela pourrait être un autoportrait jeune. Les yeux grands ouverts, mais la bouche cousue. J’étais très bien élevé dans notre milieu feutré, du moins jusqu’à mon adolescence où je me suis émancipé. Si cela me représentait, ce serait ma femme qui touche le ciel, tandis que moi… j’ai la tête dans une de mes anciennes peintures, un diptyque. Sans doute a-t-elle chassé pas mal de nuages de mon front. Il en reste cependant suffisamment pour alimenter la collage machine jour après jour.


    It could be a self-portrait young. Eyes wide open, but mouth stitched. I was very well educated in our muffled environment, at least until my adolescence where I emancipated myself. If it represented me, it would be my wife who touches the sky, while me ... I have the head in one of my old paintings, a diptych. No doubt she drove a lot of clouds from my forehead. However, there is enough left to feed the collage machine day after day.
  • admin - Saturday 11 November 2017 19:35
    Ici, j’ai voulu tout simplement m’amuser. Personnellement, je trouve mon baiser très bien construie !